HYOGO FRAMEWORK COUNTRIES & REGIONS THEMES & ISSUES HAZARDS PROFESSIONAL RESOURCES
Subscriptions: RSSEmail
Note: This position is listed for reference purposes only. Applications for this position are no longer being accepted.

CLOSED: Consultancy: Etude comparative réduction des risques de catastrophe (RRC)

Job description

In French:

L’île de Madagascar est exposée régulièrement à de nombreuses catastrophes naturelles telles que les cyclones, les inondations, la sécheresse, les épidémies/pandémies et auxquels s’ajoutent les incendies et les invasions acridiennes.

Différents intervenants mettent en place des activités de réduction des risques de catastrophes à Madagascar dont CARE ICCO/SAF-FJKM MdM, et Medair dans le cadre d’un financement de l’Union Européenne (DIPECHO) depuis 2008. Un premier cycle de programmes de Novembre 2008 à Mars 2010 a été suivi depuis Août 2010 par un second cycle prévu de terminer en Octobre 2011. Ces programmes ciblent les aléas cyclones et inondations.

L’objectif général est selon les termes de l’appel à propositions DIPECHO « to contribute to increasing resilience and to reducing vulnerability of local communities and institutions through support to strategies that enable them to better prepare for, mitigate and respond to natural disasters”.

Mi Février 2011 Madagascar a connu 2 aléas importants: Passage du cyclone Bingiza générant des dégâts liés essentiellement au vent et à des pluies torrentielles sur sa zone d’impact au Nord. Des très fortes précipitations liées au blocage d’un autre système nuageux sur la côte Sud Est du pays générant des inondations pendant 4 jours, aggravées par le retour du système de Bingiza

Ces aléas ont affectés les zones d’intervention des 4 acteurs de DIPECHO mais aussi avec une ampleur comparable des districts (communes) non couverts par les programmes de RRC.

Il est à noter que 2 programmes distincts de CARE ont été concernés (Care Nord Est et Care Sud Est) MdM à Maroantsetra n’est intervenu que dans le cycle 1 et Medair avec qui une répartition géographique avait existé lors de DIPECHO1 a repris aussi la zone d’intervention initiale de MdM lors du deuxième cycle ICCO et SAF FJKM ne sont actifs dans le Sud Est que depuis le second cycle DIPECHO.

Les 5 programmes ont de nombreux traits communs en particulier des méthodologies voisines fondées sur la participation des communautés, l’identification préalable des vulnérabilités, des actions de sensibilisation/mobilisation de la population. Les 5 programmes ont aussi des grandes familles d’activité en commun en particulier la mise en place de comités locaux ou communaux de gestion des risques et des catastrophes, de projet de mitigation à petite échelle en particulier les abris, mais aussi des spécificités avec des volets d’intervention plus spécifiques (le renforcement du système sanitaire pour MdM, l’eau pour Medair, la sécurité alimentaire avec l’introduction de nouvelles variétés plus résistantes, des greniers communautaires… chez ICCO et CARE…)

Champ et conditions de l’étude : Cette étude portera sur l’analyse des effets des cinq programmes de RRC mis en place par CARE ,ICCO/SAF-FJKM, Medair, MdM sur les districts d’Antalaha, Maroantsetra, Vangaindrano et Farafangana à l’épreuve d’une situation réelle. Pour cela une étude sera faite en analysant des villages d’intervention et en les comparant avec des villages témoins soumis au même aléa et présentant des caractéristiques géographiques et socioéconomiques voisines.

Il est demandé d’identifier et de qualifier les effets éventuels de ces 5 programmes et de présenter une analyse fine des interrelations entre actions et effets. Cette étude est soutenue par un groupe de référence constitué des 4 intervenants DIPECHO à Madagascar CARE, Medair MdM, et ICCO/SAF-FJKM.

Ce groupe de référence fait appel à un intervenant extérieur qui doit baser son action sur des principes de: impartialité et d’indépendance du processus d’étude par rapport aux fonctions de programmation et de mise en œuvre des programmes de RRC à Madagascar, crédibilité basée sur la compétence de(s) l’expert, la transparence du processus et la diffusion des résultats, participation des parties prenantes, garantissant que les différents aspects et points de vue soient pris en compte.

Les observations de cette étude et recommandations devront être fournie en temps utile pour être intégrée à la conception de la nouvelle phase de programme, soit pour la version finale du rapport à soumettre au bailleur avant Septembre 2011.

Objectifs de l’étude

L’objectif général de cette étude est d’analyser qualitativement l’efficacité de chacun des cinq programmes de RRC et la pertinence des stratégies choisies.

Plus spécifiquement:


a) L’étude doit permettre de mettre en évidence les éventuels effets bénéfiques de chacun des 5 programmes de RRC, sur la résilience des communautés et la vulnérabilité des communautés et des institutions (exemple : les dégâts ont été moindres, les maisons reconstruites plus vite, la permanence des soins mieux assurée).

b) Elle doit permettre de comparer, les actions mises en œuvre avant pendant et après l’aléa (exemple : l’alerte a fonctionné de manière équivalente mais dans la zone d’intervention les ménages ont plus souvent ou mieux renforcé leur maison).

c) Elle doit permettre de relier les effets avec les actions mises en œuvre (exemple on avait cependant dans la zone d’intervention à la fois développé l’alerte précoce et fait une campagne sur les mesures de renforcement des maisons…)

d) Elle doit permettre de mesurer l’efficacité des stratégies mises en œuvre par chacune des ONGs sur les zones d’intervention (exemple les comités locaux mis en place ont relayé l’alerte mais pas remonté l’information sur les dégâts, les abris prévus ont résisté mais ont peu été utilisés)

e) Elle doit analyser rétrospectivement la pertinence des stratégies choisies par l’ONG (et avec la communauté) en mettant en relation les dégâts constatés dans la zone d’intervention et les stratégies choisies (Exemple : dans cette zone comme ailleurs les populations ont surtout perdu leurs récoltes/leur bétail et aucune disposition n’avait été prise concernant les récoltes/bétail, ou bien des infrastructures de mitigation ont été mises en place elles ne permettent pas de réduire sensiblement les dégâts)

f) Proposer des recommandations pour chacun des programmes et nationalement afin d’affiner l’approche de la Réduction des Risques et de Catastrophes à Madagascar et en particulier proposer des indicateurs appropriés pour pouvoir lors d’autres études quantifier les effets des programmes de RRC.

Bénéficiaires de l’étude : Les bénéficiaires de l’étude sont : Les ONGs mettant en œuvre des programmes de RRC Les financeurs de la RRC à Madagascar et en particulier ECHO qui a financé cette étude Les autorités malgaches et autres intervenants d’urgence à Madagascar, Les autres intervenants RRC Les bénéficiaires finaux restant la population malgache qui verra sa situation s’améliorer.

Travaux à mener:

Bien comprendre les spécificités de chacune des ONGs et leurs attentes vis-à-vis de l’étude Analyser les zones d’intervention RRC des 4 intervenants qui ont été affectées par les aléas et déterminer les indicateurs relatifs à l’aléa ainsi que socio économiques permettant un choix par le consultant d’un groupe de villages d’intervention. A partir de celui-ci le consultant déterminera un groupe de villages témoins ayant eu des expositions comparables à l’aléa et sur lesquels les effets indirects des programmes RRC des 4 intervenants (ou d’autres acteurs) sont a priori limités.

Réunir pour les 2 groupes les éléments relatifs aux dégâts occasionnés; en s’appuyant notamment sur la trame des fiches Eima, les indicateurs du plan de contingence aux capacités démontrées par les institutions et les communautés à faire face aux conséquences de l’aléa par elles-mêmes et avec un délai de récupération court.

Une attention spéciale doit être portée aux domaines touchés par les activités de préparation des ONGs financées par DIPECHO et à la mise en œuvre ou non des plans élaborés à l’avance vérifier et analyser les données collectées, en mettant en évidence les différences constatées en liaison avec les stratégies mises en œuvre dans le cadre des programmes RRC comme indiqué dans les objectifs spécifiques.

Etablir des recommandations en distinguant ce qui concerne chaque programme proprement dit et les leçons généralisables aux autres programmes et les présenter. Ce type d’étude étant novateur les observations portant sur les limitations rencontrées lors de cette étude et les recommandations pour en améliorer la méthodologie sont également bienvenues. En s’appuyant sur les principaux différentiels constatés entre villages témoins et villages d’intervention la suggestion d’indicateurs appropriés pour une approche quantitative ultérieure est aussi souhaitée.

Méthodologie:

Une place essentielle dans le recueil des données doit être accordée au recueil d’information auprès de la population elle-même pour limiter les biais que les autorités, ONGs pourraient apporter soit pour exagérer ou minimiser leur action. Le groupe de référence est très attaché aux méthodes participatives. En particulier, l’implication des l’équipes RRC dans l’analyse elle-même et l’élaboration des recommandations nous semblent un garant de leur bonne intégration dans les phases ultérieures du projet. La méthodologie détaillée est de la responsabilité des évaluateurs.

Les outputs attendus:


Une restitution orale des observations aux 5 équipes projets à la fin de la collecte sur leur zone (avec la comparaison avec la zone témoin).

Une présentation détaillée écrite des conclusions et leçons apprises à Tana aux membres de la plateforme DIPECHO (avec une restitution séparée par ONG plus une restitution collective).

Une présentation lors d’un atelier des principales conclusions/recommandations aux représentants du BNGRC bailleurs de fonds, et autres intervenants RRC.

Un document externe d’une quarantaine de pages (hors annexes) comportant un résumé exécutif, distinguant la partie descriptive (observations), de la partie analytique (conclusions) et proposant des recommandations de deux ordres (les leçons générales pour les acteurs de la RRC, les indicateurs pour une étude quantitative) d’une qualité permettant une diffusion internationale

Calendrier:

A démarrer en Mai 2011. Rapport final à rendre au plus tôt et en tous cas avant l’atelier national prévu en Octobre 2011.

Budget:

Prestation + Frais de déplacement + frais d’hébergement < 15 000 €

Documentation de base (fournie au consultant retenu):

Plan de contingence Madagascar 2010 2011 Trajectoire de Bingiza et rapports successifs du BNGRC suite aux 2 aléas. Cadre logique des projets et rapports narratifs des projets DIPECHO1 et proposal DIPECHO2 Care Antalaha et Vangaindrano MdM Maroantsetra Medair Maroantsetra ICCO SAF-FJKM Farafangana et Vangaindrano

Critères d’étude des propositions:


Compréhension des TdR Qualité technique de la proposition Connaissance de la RRC Expérience antérieure de l’évaluation de projet Expérience antérieure d’études qualitatives Connaissance de la langue et culture malgache Prix de la prestation.

Contract type

Consultancy

Keywords

  • Themes:Health & Health Facilities
  • Countries/Regions:Mozambique

  • Short URL:http://preventionweb.net/go/19818

Note: This position is listed for reference purposes only. Applications for this position are no longer being accepted.

Tag This Document


Comma separated. E.g. gender events, women


> Log in to view your tags



 
 
Tools
Email this page